Maladies

Neuropathie diabétique (polyneuropathie)

Neuropathie diabétique (polyneuropathie)



We are searching data for your request:

Forums and discussions:
Manuals and reference books:
Data from registers:
Wait the end of the search in all databases.
Upon completion, a link will appear to access the found materials.

La neuropathie diabétique ou lésion nerveuse est une maladie secondaire chronique typique du diabète sucré, dans laquelle les voies nerveuses du système nerveux périphérique sont principalement endommagées et meurent progressivement. La forme la plus courante est la polyneuropathie diabétique (polyneuropathie périphérique sensorimotrice), initialement reconnaissable par des sensations sur les pieds. Une complication redoutée qui peut aller de pair avec cette lésion nerveuse est le pied diabétique. Comme les options thérapeutiques sont limitées et qu'une guérison complète ne peut être attendue, la détection précoce est le moyen le plus important de ralentir l'évolution de la maladie et de prévenir d'autres dommages consécutifs.

Les personnes souffrant de diabète doivent être particulièrement prudentes en ce qui concerne leur santé, car le diabète est un risque accru de complications. Les signes avant-coureurs doivent être pris au sérieux et les personnes concernées doivent consulter immédiatement un médecin. Ensuite, vous trouverez d'abord un bref aperçu des informations les plus importantes sur la neuropathie, avant une description détaillée des symptômes.

Les signaux d'alerte précoce sont des troubles sensoriels et des douleurs, en particulier dans les pieds et les jambes:

Cette complication grave montre souvent une formation accrue de cornée et des fissures cutanées sur la plante du pied. En raison de troubles sensoriels, les blessures douloureuses aux pieds passent inaperçues et, en raison d'une mauvaise circulation, des blessures qui guérissent mal et deviennent enflammées. Les couches profondes de tissu sont affectées et le résultat est la mort. Dans le pire des cas, une amputation peut survenir.

  • Macroangiopathie diabétique (atteinte des grosses artères) et microangiopathie (lésion des petits vaisseaux sanguins),
  • Artériosclérose,
  • Néphropathie diabétique (atteinte rénale),
  • Cardiomyopathie diabétique (maladie cardiaque),
  • Maladie coronarienne,
  • Hypertension artérielle avec complications telles qu'un accident vasculaire cérébral ou une crise cardiaque,
  • Lésions oculaires,
  • Troubles du métabolisme des graisses et de la cicatrisation des plaies.
  • Définition

    Le terme collectif de neuropathie diabétique englobe divers types de lésions nerveuses, qui affectent généralement le système nerveux périphérique (nerfs en dehors du cerveau et de la moelle épinière) et sont causées par le diabète. Une distinction fondamentale est faite quant à savoir si un seul nerf est affecté (mononeuropathie diabétique) ou si des lésions de plusieurs nerfs périphériques se produisent en même temps. Cette dernière caractérise également la manifestation la plus courante: la polyneuropathie diabétique sensori-motrice. Parmi les divers symptômes, il y a des sensations et des douleurs particulièrement fréquentes aux pieds et aux jambes. Cette caractéristique se traduit généralement par un pied diabétique dans le cours ultérieur.

    Les nerfs du système nerveux dit autonome (végétatif) sont moins souvent touchés, dans ce cas on parle de neuropathie diabétique autonome.

    Ces maladies, connues sous le nom d'effets tardifs du diabète sucré, surviennent relativement fréquemment. Par exemple, environ dix à vingt pour cent des personnes atteintes de diabète de type 2 reçoivent un diagnostic de neuropathie très tôt. Les maladies secondaires surviennent également dans le diabète de type 1. L'incidence augmente avec la durée du diabète et atteint près de la moitié des personnes touchées après environ 25 ans.

    Symptômes

    Une variété de symptômes peut être associée à la neuropathie diabétique, selon les voies nerveuses affectées. Dans la forme la plus courante, la polyneuropathie sensorimotrice, les premiers signes sont des sensations, des troubles sensoriels et des douleurs principalement sur les pieds et les jambes ou moins souvent sur les mains et les bras:

    • Picotements de la peau ("marche des fourmis") et sensation de fourrure,
    • Troubles de la sensibilité à la pression et à la température,
    • douleur intense et brûlante (souvent la nuit).

    Des liens avec le syndrome des pieds brûlants (pieds brûlants) et le syndrome des jambes sans repos (jambes sans repos) sont également établis. De plus, le syndrome du pied diabétique est une complication grave qui résulte souvent d'une polyneuropathie. Les premiers signes, souvent inaperçus, sont une formation accrue de cornée et des fissures cutanées sur la plante du pied. La raison en est un stress incorrect causé par des perturbations sensorielles du pied. Une sensation de douleur réduite signifie souvent que les blessures aux pieds passent inaperçues. Principalement favorisées par les troubles circulatoires existants, les plaies mal cicatrisées et enflammées pénètrent dans les couches profondes des tissus et peuvent entraîner la mort. Dans le pire des cas, il existe même un risque d'amputation.

    Au stade avancé de la polyneuropathie, il peut également y avoir une douleur ennuyeuse, semblable à une crampe ou permanente dans les jambes et les bras. Tout comme les sensations d'engourdissement ou d'hypersensibilité. Par exemple, même toucher les jambes avec la couette et le matelas peut causer de fortes douleurs pendant le sommeil. Dans le cours ultérieur, les pannes motrices peuvent même se développer en symptômes de paralysie.

    Si le système nerveux autonome, qui contrôle les fonctions autonomes du corps, est également affecté, des arythmies cardiaques, des troubles circulatoires, des étourdissements, des nausées, des vomissements, de l'incontinence, de la diarrhée ou de la constipation peuvent être associés à la maladie. Une transpiration anormale et un dysfonctionnement sexuel sont également possibles.

    Causes

    Les facteurs qui causent la neuropathie diabétique n'ont pas encore été clairement recherchés et prouvés. Selon les experts, cependant, il existe un lien entre les taux de glycémie qui ne sont pas ajustés de manière optimale (augmentation de la glycémie) et les lésions nerveuses. Le facteur de risque central semble être une glycémie élevée sur une longue période (hyperglycémie).

    L'augmentation du taux de sucre dans le sang peut entraîner la formation et le dépôt de produits de dégradation qui altèrent les fonctions et les processus métaboliques des cellules nerveuses. Cela peut également entraîner le dépôt de molécules de sucre («saccharification») sur les propres graisses et protéines (protéines) du corps, qui sont des éléments de base importants pour les nerfs. Des vaisseaux sanguins obstrués et des parois vasculaires épaissies se produisent. En conséquence, le sang ne peut plus circuler aussi facilement à travers les capillaires étroits, ce qui gêne l'approvisionnement des nerfs. Un manque d'oxygène et de nutriments qui en résulte endommage en outre les nerfs. La progression de ces symptômes conduit progressivement à la mort du tissu nerveux.

    Diagnostic

    La prévention et la détection précoce sont particulièrement importantes en raison des options thérapeutiques limitées pour un tableau clinique prononcé de polyneuropathie. Les personnes atteintes de diabète devraient faire examiner leurs nerfs régulièrement, que la douleur neuropathique ou d'autres symptômes existent déjà ou non. Ceci est également appelé dépistage de la neuropathie pour prévenir les complications ou pour les identifier précocement. Il est conseillé aux personnes atteintes de diabète de type 2 de subir un dépistage au moment du diagnostic. Les personnes atteintes de diabète de type 1 devraient le faire au plus tard au bout de cinq ans. Si aucune neuropathie n'est détectée, un dépistage doit être effectué une fois par an.

    Pour déterminer une polyneuropathie diabétique sensorimotrice, une enquête patient (antécédents médicaux) sera d'abord réalisée lors d'un examen général ou spécialisé afin d'enregistrer le plus précisément possible les éventuels symptômes, les antécédents médicaux et la maladie diabétique existante. Pour un diagnostic plus approfondi, les jambes et les pieds sont examinés et comparés, et les chaussures et les bas sont considérés en fonction des éventuels désalignements des pieds. La motricité et les éventuelles restrictions sont vérifiées.

    De plus, des examens neurologiques auront lieu, souvent en utilisant des méthodes très simples pour tester les sensations et réflexes suivants:

    • Sensation de douleur,
    • Sensation de pression et de toucher,
    • Sensation de température,
    • Sentiment de vibration,
    • Réflexes musculaires.

    L'ensemble des résultats doit fournir des informations sur l'existence possible d'une polyneuropathie et également sur la gravité actuelle des lésions nerveuses existantes. Si le diagnostic n'est pas clair et qu'il est nécessaire de clarifier davantage, d'autres procédures spéciales peuvent être utilisées. Dans la plupart de ces cas, un examen neurologique exact des nerfs a lieu. Cela se concentre généralement sur le diagnostic de la douleur et la vitesse de conduction nerveuse. En outre, un test sanguin complet peut fournir des informations supplémentaires et, dans de rares cas, une biopsie cutanée (extraction de tissu).

    Le diagnostic de la neuropathie diabétique autonome est souvent plus difficile. Divers examens peuvent alors être nécessaires pour fournir des informations sur les antécédents médicaux du patient et d'éventuelles plaintes. Celles-ci se concentreront sur les éventuels dysfonctionnements du système cardiovasculaire, du tractus gastro-intestinal et des voies urinaire et génitale, car des dommages consécutifs sont souvent observés dans ces zones.

    Un électrocardiogramme (ECG) peut être utilisé pour visualiser les irrégularités de la fréquence cardiaque. Des mesures de la pression artérielle plusieurs fois de suite en position couchée ou debout, voire sur 24 heures, doivent déterminer s'il y a une forte baisse de la pression artérielle et des étourdissements en position debout en relation avec une neuropathie (hypotension orthostatique neurogène).

    La neuropathie autonome, qui affecte le tractus gastro-intestinal, est difficile à déterminer car les troubles gastro-intestinaux peuvent également avoir de nombreuses autres causes. Il est donc important d'exclure d'autres causes possibles. Ici, l'échographie ou les examens avec un endoscope et divers tests fonctionnels sont souvent utilisés. Si d'autres causes sont exclues, d'autres indices peuvent aider à diagnostiquer des lésions nerveuses diabétiques, telles qu'une maladie diabétique prolongée avec un mauvais contrôle de la glycémie et des fluctuations métaboliques.

    Il peut être nécessaire de mesurer le débit urinaire pendant la miction et d'éventuelles urines résiduelles. Chez les hommes, la prostate est également scannée. En cas de dysfonction érectile, le niveau de testostérone et d'autres valeurs de laboratoire et procédures de test sont utilisés.

    Traitement

    Jusqu'à présent, il n'y a aucun moyen de guérir complètement la neuropathie diabétique. Le traitement consiste donc principalement à ralentir la progression de la maladie, à soulager la douleur et à traiter d'éventuels dommages consécutifs. Une variété d'options de traitement sont disponibles pour cela.

    La mesure thérapeutique la plus importante est un réglage constant et optimal de la glycémie. Le taux optimal de sucre dans le sang dépend de nombreux facteurs et doit être déterminé individuellement pour chaque patient. De plus, les valeurs de graisse sanguine et de tension artérielle doivent également être bien réglées.

    Il est conseillé aux personnes concernées non seulement de vérifier régulièrement leur propre glycémie, mais également de faire attention à leur poids et à un mode de vie sain, avec une alimentation équilibrée et une activité sportive. En général, l'alcool et le tabagisme doivent également être évités, car cela peut causer des lésions nerveuses supplémentaires.

    La thérapie de la douleur vise à réduire la perception de la douleur. Ceci peut être réalisé grâce à des produits pharmaceutiques tels que les antiépileptiques (anticonvulsivants) et les antidépresseurs. Pour les douleurs très intenses, en utilisant également des opioïdes. Dans tous les cas, ces médicaments sont vendus uniquement sur ordonnance. Il faut décider à l'aide d'une analyse de la douleur, en tenant compte des facteurs individuels, si un apport a du sens. En outre, la thérapie nécessite un suivi médical dans le cours ultérieur. Les effets secondaires sont possibles avec tous les moyens mentionnés. Dans le cas des opioïdes, une mise en garde doit être donnée en particulier sur un développement de tolérance et des augmentations de dose consécutives ou une dépendance. Les analgésiques commerciaux (par exemple l'ibuprofène, le diclophénac ou l'acide acétylsalicylique) ne doivent pas être utilisés pour la douleur neuropathique. Le paracétamol est rarement utilisé pendant une durée limitée pour tenter un traitement.

    Les mesures thérapeutiques spécifiques pour la neuropathie autonome dépendent du type de lésion nerveuse et des symptômes associés. Il est conseillé de consulter un médecin spécialisé en fonction des symptômes.

    Traitement naturopathique

    En plus de l'attention mentionnée ci-dessus pour une alimentation et un mode de vie sains, considérés comme indispensables pour tout traitement naturopathique, les soins médicaux réguliers des pieds jouent un rôle important. Cela peut notamment empêcher le développement d'un pied diabétique. Les pieds doivent également être examinés de manière approfondie pour des blessures, un bain et une crème appliquée tous les jours. Des chaussures adéquates constituent également une mesure préventive.

    De plus, diverses mesures du domaine de la naturopathie peuvent être prometteuses, notamment pour le soulagement de la douleur. Les traitements naturopathiques peuvent être utilisés pour soutenir la thérapie médicale conventionnelle ou même offrir des options de traitement alternatives.

    Thérapies physiques

    Différents traitements physiques peuvent être utilisés pour la thérapie de la douleur pour la polyneuropathie, tels que la physiothérapie, les traitements par le froid et la chaleur, les bains alternés et d'exercice ou les traitements électriques pour les muscles paralysés. En plus du soulagement de la douleur, ces thérapies visent également à améliorer la circulation sanguine, à renforcer les muscles affaiblis et à augmenter et maintenir la mobilité.

    Procédures électrothérapeutiques

    Une méthode de traitement alternative spéciale est proposée par des procédures électrothérapeutiques telles que la stimulation nerveuse électrique transcutanée (TENS) ou la thérapie à haute fréquence, dans laquelle la douleur est combattue par l'électricité. Les électrodes sont collées sur la région cutanée douloureuse du patient et les impulsions de courant d'un appareil de stimulation électrique sont transmises au corps ou aux nerfs. En raison du stimulus généré, les signaux électriques sont conduits via les voies nerveuses dans la moelle épinière, où se produit l'effet réel du TENS. Lors de l'utilisation de fréquences élevées (supérieures à 80 Hertz), la transmission du signal au cerveau et donc la perception de la douleur sont inhibées ou interrompues. À leur tour, les basses fréquences sont censées libérer des substances chimiques dans le cerveau et ainsi réduire la perception de la douleur. Des champs électriques alternatifs dans la gamme de fréquences d'environ 4 à 30 kilohertz sont utilisés pour la thérapie à haute fréquence. On dit que cela pénètre l'énergie plus profondément dans les tissus, influence le métabolisme cellulaire et conduit ainsi à un effet cicatrisant et à un soulagement de la douleur. Cependant, l'efficacité de ces méthodes n'a pas été prouvée avec certitude.

    Médecine traditionnelle chinoise (MTC)

    En médecine chinoise, un soi-disant «bronzage» est la cause principale de la polyneuropathie. Cela signifie des substances qui ne peuvent plus être excrétées et donc provoquer une inflammation. Le traitement médicamenteux, adapté individuellement à chaque patient, doit pouvoir dissoudre et excréter ces substances. De plus, l'acupuncture aurait un effet de soutien.

    Autres principes actifs et méthodes alternatives

    En plus du traitement médicamenteux de la douleur, divers ingrédients actifs alternatifs de la naturopathie offrent d'autres options pour soulager les symptômes. Si la peau est intacte, une préparation de piment peut être utilisée en externe pour lutter contre la douleur (plâtre ou crème de capsicum, pommade à la capsaïcine). L'acide alpha-lipoïque protège contre les dommages aux fibres nerveuses grâce à ses propriétés antioxydantes. L'huile d'onagre, l'huile de chanvre et l'huile de pépins de grenade conviennent également au traitement, car l'acide gamma-linolénique contenu peut améliorer les fonctions nerveuses. Malheureusement, ces agents peuvent avoir des effets secondaires désagréables, en particulier dans le système digestif. Il n'y a pas de recommandation thérapeutique générale pour les substances actives mentionnées.

    D'autres mesures de la naturopathie, dont l'expérience s'est avérée particulièrement utile lorsque les symptômes commencent, sont la microscopie sur fond noir, la thérapie du milieu et l'homéopathie (classique). L'oxygénothérapie peut également améliorer la circulation sanguine dans les tissus et ainsi minimiser les dommages consécutifs. La psyché joue également un rôle crucial dans la gestion de la douleur. Une formation en psychothérapie ou en gestion de la douleur peut également aider les personnes touchées à atténuer les symptômes. (jvs, cs)

    Informations sur l'auteur et la source

    Ce texte correspond aux spécifications de la littérature médicale, des directives médicales et des études en cours et a été vérifié par des médecins.

    Dr. rer. nat. Corinna Schultheis

    Se gonfler:

    • Société allemande pour les maladies musculaires (DGM): Polyneuropathy (consulté le 10.07.2019), dgm.org
    • Helmholtz Zentrum München - German Research Center for Health and the Environment (GmbH): Diabetes and Nerves (consulté le 10 juillet 2019), diabèteinformationsdienst-muenchen.de
    • Ziegler, Dan / Keller, Jutta / Maier, Christoph / et al.: Diabetic Neuropathy, Diabetology and Metabolism, 2017, thieme-connect.com
    • Stracke, Hilmar: Neuropathie diabétique - contenir précocement les lésions nerveuses, le médecin généraliste 15/2018, aerztekammer-bw.de
    • German Pain League e.V.: Brochure d'information sur la polyneuropathie diabétique (consulté le 10.07.2019), painliga.de
    • Mayo Clinic: Diabetic neuropathy (consulté le 10.07.2019), mayoclinic.org
    • National Institute of Diabetes and Digestive and Kidney Diseases: Diabetic Neuropathy (consulté le 10.07.2019), iddk.nih.gov
    • National Health Service UK: Overview - Peripheral neuropathy (consulté le 10.07.2019), nhs.uk
    • Programme NVL de BÄK, KBV, AWMF: National Guideline for Care Neuropathy in Adult Diabetes, à partir de juillet 2016, vue détaillée des lignes directrices

    Codes ICD pour cette maladie: les codes G63, G99ICD sont des codages valides au niveau international pour les diagnostics médicaux. Vous pouvez trouver par exemple dans les lettres du médecin ou sur les certificats d'invalidité.


    Vidéo: Lutter contre la neuropathie diabétique - Mélanie Foret Jacquard - Congrès 2019 (Août 2022).